Le Blog
 

Le Blog

Dis Grand Parc, raconte-moi plein d'histoires !

Daniel Pelligra, un ami du Grand Parc

Daniel Pelligra, un ami du Grand Parc

Publié le 03/03/2017

Daniel Pelligra est décédé le 26 février dernier. Cette triste nouvelle a frappé de nombreux acteurs et partenaires du Grand Parc tant il avait su tisser des liens qui dépassaient largement les actions menées sur le site. Anthropologue et cinéaste, Daniel a participé à trois projets importants pour donner à voir et à comprendre le rôle que joue le parc pour les populations d’origines étrangères qui s’y retrouvent.

En 2008, avec Raphael Cordray, il propose une vision sensible et poétique de ces groupes qui s’assemblent à Miribel pour y vivre des moments familiaux, conviviaux et régénérateurs autour des loisirs simples que sont le pique-nique, la baignade et la promenade. Son texte, lu, ponctue un film aux accents impressionnistes projeté dans une cabane en bois. L’installation sera présentée dans le bâtiment d’accueil du parc, dans les 5 communes partenaires de l’action et le projet sera relayé par le festival Traces qui entend mettre à l’honneur l’histoire et l’actualité des immigrations.

Les Chants spiralliques Les Chants spiralliques Les Chants spiralliques
Les Chants spiralliques© D.R. 2008

En 2010, dans le cadre de la politique de la ville et en lien avec l’association APASHES de l’université Lyon 2, il engage 5 équipes d’apprentis anthropologues accompagnés par des centres de loisirs. Ils vont aller à la rencontre de tous ces groupes et tenter d’interroger leurs membres sur leurs parcours de vie. Les jeunes, ayant pour la plupart des histoires personnelles liées à l’immigration, se retrouveront ainsi dans cette situation doublement enrichissante qui consiste à apprendre sur soi en apprenant des autres. Le film qui retrace cette aventure « Le Grand Parc (et ses habitants) vu par », souvent surprenant par sa fraîcheur et sa profondeur, sera diffusé dans plusieurs salles de l’agglomération, dont celle de la faculté d’anthropologie à Lyon 2.

Et parce qu’il souhaitait peut-être retrouver le frisson de l’ethnologue qu’il était en Algérie dans les années 70, passant sa thèse sous la direction de Germaine Tillion, il décida la même année de s’installer au parc pendant plusieurs jours (et plusieurs nuits) pour capter au plus près et au plus intime (la cuisine, le repas partagé) les modes de vie représentés par cette mosaïque de cultures. Le film "Les recettes du Grand Parc" est ambitieux puisqu’il propose dans une première partie une histoire de l’immigration à Lyon pour s’attacher ensuite à donner la parole à tous ces cuisiniers du dimanche grands spécialistes du barbecue, mais pas seulement... Chacun explique ce qu’il aime manger, ce qu’il garde de sa culture d’origine et ce qu’il intègre de son environnement immédiat. La cuisine élevée au rang d’un art d’être ensemble et de s’ouvrir aux autres.

Pour nous, acteurs du parc, ces contributions ont beaucoup apportées, elles ont aidé à la prise de conscience du rôle de creuset joué par ce lieu à l’échelle de l’agglomération. Ce que nous en retenons c’est que la qualité des espaces, leur gestion souple mais attentive, la taille du site permettent à des populations très différentes de vivre des moments forts et qui construisent leur avenir.

Merci à toi Daniel pour ton travail, ton engagement et ton humanité heureuse...

Partagez cet article avec vos amis !